Eveil Nomade

Capitol Reef et la scénic byway n°12

De Hanksville à Capitol Reef :

Nous quittons Hanksville charge pleine, un dernier arrêt dans un petit commerce de produits de la ferme : nous dénichons là un fromage de chèvre super bon, c’est tellement inattendu de trouver un si bon fromage au USA que nous l’apprécions doublement ! La route reste très belle et très agréable. Au cours de l’après midi un méchant vent de face se lève, nous gâche le plaisir et anéantit le moral de Tiago, Nous devons nous poser un peu précocement. Là où nous plantons la tente il y a des coquillages fossiles de partout, pas très gros mais en nombre et ce qui est surprenant c’est que l’érosion les a totalement libérés, il n’y a qu’à les ramasser.

Second jour il ne faut pas traîner si on veut avoir l’ombre d’une chance de trouver une place au camping de Capitol Reef (indiqué complet pour les 2 semaines à venir sur internet…) : on se booste et ça marche ! Nous obtenons la dernière place disponible pour deux nuits, il était temps !

Le village d’origine s’appelle Fruita et ce n’est pas pas pour rien, de nombreux vergers sont encore entretenus bien qu’ils n’appartiennent plus à personne : tout le monde peut désormais y ramasser les fruits (des pommes en cette saison!), au milieu des biches, qui broutent sans se formaliser de notre présence !

Nous faisons deux belles ballades au milieu de ces canyons en couches de sable aux couleurs dégradées, et percées de niches où on peut y ranger des enfants…

Les panoramas sont toujours aussi époustouflants même si le « style » se répète, on ne s’en lasse pas facilement.De Capitol Reef à Tropic :

Nous laissons ce parc direction Escalante, un dernier ravitaillement avant d’attaquer la montée : un col nous attend à 2900 m (9600 feet!). La grimpette se fait lentement, nous sommes full en bouffe et en eau (33litres) les infos reçues au visiteur center sont : « pas de ravitaillement en eau » … Dans les faits, avec le filtre, il y a plein de ruisseaux qui nous auraient amplement suffi.

En gagnant de l’altitude, la végétation change rapidement : les forêts de genévriers laissent la place aux pins, qui la cèdent aux bouleaux. Ces dernier ont déjà pris les couleurs de l’automne, c’est très chouette de changer de saison comme ça !

Le bivouac est sympa, mais fin septembre à cette altitude on a plus que 5° le matin, heureusement le soleil est au rendez-vous la journée.

Arrivés à Boulder, nous faisons une halte au musée Anasazi : les enfants sont très intéressés,(particulièrement Tiago) par le sujet et le mystère de leur migration….Vous pouvez voir leur article là dessus.

La route, bien que moins en altitude, ne nous épargne pas les montes et baisses : nous faisons régulièrement plus de 500 mètres de dénivelé par jour. Nous passons une route en crête ouvrant des deux côtés sur d’époustouflants paysages. La descente est raide certaine partie sont annoncées à 14 % on est dans le bon sens ! Arrivés en bas nous nous arrêtons pour deux nuits afin de profiter d’une randonnée.

Le camping sert de point de départ à une célèbre randonnée vers Calf Creek, mais comme tout le monde y va, nous décidons de ne pas y aller…Eh oui on n’aime pas les foules ! On a récupéré un topo sur internet vers Philip Arch et nous serons vraiment tout seuls…le chemin sera même particulièrement difficile à trouver ! La première partie est éprouvante, nous marchons dans du sable fin, en remontant un large canyon sec aux parois rouges. Dans le lit de la rivière nous trouvons des billes de différentes tailles, certaines sont cassées laissant voir un centre de sable. Constructions humaines ? Des indiens ? Mais pourquoi et quelle est cette matière ? Nous apprendrons finalement quelques jours plus tard qu’il s’agit de concrétions de fer très courantes dans le secteur, autant pour nos merveilleuses découvertes archéologiques… Après environ deux heures nous montons enfin sur des roches en rive droite, un petit pic nique et nous avons notre objectif : Phillip arche, l’arche elle même est belle mais le cirque où elle se trouve et la vue offerte depuis les sommets des collines en font tout l’intérêt.

Cela fait pas mal de temps que nous n’avons pas fait relâche dans une petite ville avec ravito douche internet etc. Du coup nous visons Escalante, de plus les Slots Canyon nous attirent bien mais, arrivés sur place, c’est camping plein ou camping sans ombre à 34 $ la nuit… pour se poser il y a mieux. De plus les Slots Canyon se rallient par 13 Km de piste et nous apprenons au centre d’information qu’il y a des zones de sable… du coup, pas le goût de tenter la chance avec nos vélos lestés de flotte. On abandonne avec regret cette zone qui promettait tant de belles choses . Les enfants sont très déçus de ne pas avoir la pause promise et râlent tout ce qu’ils peuvent pour sortir de la ville…

Au matin surprise : Lilou a ses deux roues à plat avec un nombre impressionnant d’épines dans les pneus… nous avions gardé les pneus indiens fournis avec le vélo, ben ça vaut pas les Marathon de Shwalbe…Mauvais départ donc, pour une journée à ramer contre le vent…Les paysages sont beaux mais nous n’en profitons pas tellement. Encore deux jours et nous arrivons à Tropic pas de chance il n’y a qu’un camping de luxe avec piscine, les enfants semblent pouvoir s’en accommoder…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *