Eveil Nomade

Basse Californie du sud : plein de belles rencontres !

San Ignacio :

La Casa del Cyclista se révèle une vraie belle petite pause, des gens super sympas et les enfants se font un ami de leur âge : Juan Miguel a 9 ans, il vit ici et a l’habitude de voir passer des cyclos, mais pas de son âge !

Juan Miguel et Lilou, bien sérieux sur cette photo…

C’est très amusant de les voir jouer sans se soucier de la langue. Nous visitons l’église de la mission et un indien (que nous avons croisé à la casa de cyclista) nous emmène dans un passage dérobé où les esclaves se cachaient et nous explique un peu l’histoire de cette mission ! Les colons avaient tellement bien ancré les convictions religieuses dans l’esprit des indigènes que ces derniers, à leur mort, après avoir sué sang et eau à la construction de l’église, se faisaient inhumer à genoux devant les fondations front et paumes appuyés contre les pierres. Il y aurait plus de 200 esclaves enterrés contre les fondations de l’église…

En route vers Loreto :

Nous laissons San Ignacio direction Loreto : heureusement le vent est tombé, le relief prend le relai. Cette zone est entourée de vieux volcans éteints ou endormis. Nous retrouvons la mer de Cortes un peu avant Santa Rosalia, mais nous ne nous arrêtons dans cette ville minière que le temps de manger des tacos de poissons (délicieux!) et de recharger notre eau. Nous enchaînons, à la recherche d’un bivouac pour profiter de la mer… Mais ce ne sera pas pour tout de suite, ici il n’y a presque pas de fond sur des centaines de mètres, et de nombreuses « stingray » (raies à épine, dans les bas fond), ce qui n’invite pas à la baignade. Ici, les cactus se font moins variés, la route déroule sont ruban au rythme de nombreuse bosses plus ou moins prononcées avec quelques belles montées.

camping de Mulege

Nous arrivons finalement à Mulegé où nous retrouvons Nami, Yuna et Yoann, la famille franco japonaise que nous avions rencontrée au États-Unis ! C’est génial de les voir ici, les enfants sont très contents de se retrouver. Et il n’y a pas qu’eux : petit à petit, nous nous retrouvons dans un « groupe » de cyclos qui descend la Basse Californie en même temps que nous : Il y a un couple d’anglais, 3 américains, la petite famille hollandaise… Nous avons tous des rythmes différends mais, entre les pauses des uns ou des autre, on finit par se retrouver tout au long de la route, c’est assez génial, d’autant plus que nous avions vu peu de cyclos avant la basse Californie. Les enfants apprécient aussi de faire partie de cette petite communauté de voyageurs : ils s‘y sentent valorisés de réaliser les même efforts que les adultes et largement encouragés… Nous faisons un petit tour à la plage mais pas de baignade, l’eau est trop froide… On se contentera d’observer les pélicans.

Ensuite c’est un très joli bout de route qui nous permet de longer la « Bahia Conception » avec ses plages magnifiques et ses eaux cristallines. Nous nous sentons obligés de prendre notre temps… Nous nous arrêtons à la playa del Coyote avec la famille de Yuna et un couple d’australiens (avec qui nous ferons désormais la route jusqu’à la Paz!) Nous louons même un kayak : on se range à quatre dans un kayak prévu pour une personne, la ligne de flottaison est limite, limite, mais on s’éclate bien et on découvre de belles petites criques cachées. Nous prenons aussi le temps d’une petite rando entre mer et cactus, magnifique !

La route jusqu’à Lorette s’éloigne de la mer et prend sérieusement du relief, par chance le vent est plutôt à tendance favorable. Arrivés à Loreto, nous nous posons au seul camping ouvert : là ,c’est une véritable réunion de cyclos ! Nous rencontrons un couple de Réunionnais qui voyage avec une remorque chargée d’un gros matos de kite-surf la remorque fait plus de 60 kg…Lilou s’intéresse aux aquarelles de Manon, qui l’invite à peindre avec elle !

Et on profite de la pose pour se faire une bonne bouffe : Gnocchis maison et crêpes au Nutella… Et bien sur on papote bouffe et on partage des recettes au réchaud : c’est évidemment un sujet central pour des cyclos… !

De Loreto à La Paz :

Après Loreto nous faisons une dernière halte au bord de mer en face d’un parc national marin : de très beaux paysages et un bivouac formidable sur une plage rien que pour nous et la famille de Yuna ! Ensuite c’est une belle grimpette : une étape 52 km avec 700 mt de dénivelé. La suite ne présente pas un très grand intérêt mais reste agréable jusqu’à Ciudad Insurgentes. A partir de là, le trafique devient vraiment très important, notamment celui des poids lourds, et le bas côté brille par sont absence. Le paysage est monotone et tout est clôturé réduisant considérablement nos possibilités de bivouacs. Toutes les conditions sont réunies pour faire des records: la tête dans le guidon, on enchaîne de grandes étapes jusqu’à La Paz : 89 (un beau record, mais dur dur), 68, 65 Km et pour finir 48 en une demie journée ! On en a plein les pattes mais on est bien contents de se poser… A noter quand même : pour notre dernier bivouac nous trouvons pleins de géodes incrustées dans les rochers du coin ! On s’amuse à casser du caillou pour trouver les plus belles…Bien sûr les enfants repartent avec des sacoches de guidons remplies de cailloux…

La Paz :

A la Paz, nous retrouvons la pension California : une maison coloniale reconvertie en pension familiale très bien située et très agréable pour reprendre des forces. Nous nous organisons pour aller nager avec les requins baleines : jamais nous n’avions pu les voir aussi bien ! Nous sautons à l’eau avec les enfants et nous retrouvons scotchés face à cette énorme bête qui évolue très lentement ici, car elle se nourrit. Comme elle tourne,nous nous retrouvons face à son énorme gueule, Lilou qui est avec moi, commence à paniquer et me grimpe sur la tête en chuchotant  « non, non, non », mais nous nous éloignons et pouvons observer plus tranquillement ses branchies gigantesques et la multitude de poissons qui tourne autour. Ce premier requin baleine fait une dizaine de mètres de long et nous voyons sa queue loin derrière nous ! Pour les enfants cette rencontre suffit : beaucoup d’émotions et l’eau est un peu froide…Quand à nous, nous ne nous en lassons pas et pouvons y retourner deux fois ! Il y a plein de requins baleines qui tournent autour du bateau, c’est incroyable. Une magnifique rencontre partagée avec des amis !

2 reflexions sur “Basse Californie du sud : plein de belles rencontres !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *