Eveil Nomade

Du bus et des visites : de La Paz à Mexico puis Palenque

De La Paz à Mexico :

Après notre sortie en mer nous organisons avec le petit groupe de cyclos une bonne bouffe partagée ; les australiens nous préparent une excellente sauce Chilienne, Yoan et Nami nous cuisinent du poisson aux épices et lait de coco accompagné de riz cuit à l’asiatique (une recette brésilienne super bonne), de notre côté nous brodons une belle part de Culurgionis et la sauce qui va avec, pour le dessert Sara et Scott nous préparent un riz sucré cuit dans du lait de coco avec des raisins secs, le tout accompagné d’une bonne bière mexicaine… Une superbe soirée !

Nous quittons La Paz en groupe : pas moins de 9 vélos direction le port ! Nous attendons l’heure d’embarquer sur une petite plage. Pour embarquer il faut passer tous les bagages au scanner, je vous laisse imaginer la montagne de bazar quand 9 vélos chargés se suivent…La traversée se passe bien, nous trouvons une place pour nos matelas derrière les sièges et il y a même un collation incluse !

Nous débarquons à Mazatlan en milieu de matinée, c’est là que nous nous séparons du groupe de copains. Ils vont poursuivre vers Durango tandis que nous filons vers le sud en bus, nous nous recroiserons peut être sur les routes d’Amérique du sud… Nous filons acheter nos billets de bus pour Mexico : nous partirons le soir même. Nous passons l’après midi à attendre vers une plage où de belles vagues nous invitent à un dernier bain.

A Mexico :

Le trajet pour Mexico, malgré le confort du bus, est une longue nuit blanche. Nous débarquons en début de matinée à Mexico (la neuvième capitale depuis le début de ce voyage!). C’est sans trop d’appréhension que nous nous apprêtons à traverser cette énième grande ville. Nous mettons le cap vers notre réservation Airbnb, tout se passe pas trop mal jusqu’à un changement de côté de route : Lilou suit Gaëlle sans regarder, j’hurle elle évite une voiture et poursuit sa traversée. Quasiment arrivé de l’autre côté un gros quad de la police doit faire une méchante embardée pour ne pas lui rouler dessus ; pas de mal mais une vraie frayeur ! Lilou n’a pas mesuré du tout ce qu’il se passait. Cela nous a refroidi un peu, on ralentit le rythme et on se pose dans un bouiboui pour grignoter un morceau. Nous trouvons notre logement facilement, c’est confort et a deux pas du métro.

Nous consacrons notre première journée au musée des sciences « Universum » . Il faut dire qu’à la demande des enfants, nous avons abordé la chimie depuis quelques mois, et ils se passionnent littéralement pour le sujet, bien que nous n’ayons pu voir que la théorie jusque là…Nous devrions pouvoir remédier à cela ici ! Le métro de México n’est pas cher et très pratique. Nous nous rendons compte qu’ici, notre taille est au dessus de la moyenne nationale, nous qui avons l’habitude d’être plutôt petit, cela fait bizarre de voir plutôt le dessus des têtes ! Ensuite c’est la navette de l’université qui nous dépose au musée. Là on se régale : de très nombreux thèmes sont présentés des manipulations, des expositions…L’univers, les mathématiques, le mouvement, l’évolution des espèces…Mais surtout nous avons le plaisir de participer à plusieurs manips de chimie dont une dans un vrai labo. Comme nous sommes seuls, nous avons droit à un cours particulier et tout le temps pour traduire aux enfants. Il y a aussi le planétarium, et pour finir un atelier où les enfant fabriquent un kaléidoscope, une superbe journée.

La seconde journée sera plus culturelle : nous allons voir la deuxième plus grande place du monde autour de laquelle se trouve une gigantesque cathédrale édifiée du temps des conquistadores. Juste à coté, il subsiste quelques vestiges de l’ancienne citée Aztèque sur laquelle a été bâtie la ville. De l’autre coté de la place, se trouve le palais présidentiel qui comporte aussi un musée très complet qui retrace les différentes époques de l’histoire du pays. Nous y admirons des énormes fresques de Diego Rivera, illustrant des scènes de vie maya et un jardin botanique regroupant des espèces rares du Mexique, regroupées là lors de la construction du palais.

Nous traversons quelques rues très animées, où se vend de tout : vêtement, bibelots, crème cosmétique au kilo ; tout ça dans un joyeux concert de rabatteurs qui crient pour appeler le chaland. La ville est bâtie sur un ancien lac asséché, et de nombreux bâtiments ont perdu leur aplomb, leurs bases se sont enfoncées dans ce terrain humide…

Le troisième jour, après pas mal d’hésitations nous retournons à Universum : les enfants réclament du rab ! On repasse sur les expositions où nous étions passés trop vite (c’est vraiment grand, on ne digère pas tout en une fois…). C’est l’occasion de toucher un des cinq morceaux de roche lunaire accessible au public à travers le monde. Nous refaisons une expérience au labo de chimie où nous révélons nos ADN.

Trois jours passent vite, nous quittons notre logement et faisons une dernière petite course pour le bus : là un gars s’approche, discute et nous invite dans sont bouiboui ! Il adore le sport, pratique la course et le vélo…Nous nous régalons de Gorditas (sorte de galette de maïs fourrée de frijoles (haricots rouges)avec de la sauce piquante et un œuf dessus) Quesdillas aux champignons (Galette de Maïs repliée en deux fourrée de fromage et de champignons) et d’un délicieux café aromatisé avec de l’anis et de la cannelle, sucré au cône de cane, un équilibre très bien réussi. Une belle rencontre pour finir notre séjour dans la capitale ! L’après midi, comme il faut passer par le centre ville pour rejoindre la gare routière, nous faisons un détour au musée de la lumière qui était fermé la veille.

De villahermosa à Palenque : retour en zone tropicale

Nous quittons Mexico par autre coup de bus (encore une nuit blanche…)direction Villahermosa. Les bagages sont pesés et nous payons un excédant à 3 Pesos le Kg, du coup cela nous revient quatre fois moins cher que de négocier avec le chauffeur…

A Villahermosa on fait une remise à niveau des vélos minimume, on a pris pas mal de retard. Nous profitons de la ville pour fêter les dix ans de Lilou un jour en avance ; au programme le parc de la venta où un petit zoo regroupe des crocodiles, serpents , toucans, haras ect.. Le parc compte aussi une partie archéologie : surtout les énormes têtes taillées par les Olmèques. Nous restons en admiration par une drôle de bête qui se balade librement dans le parc, avant de nous rendre compte que de très nombreux coatis se promènent en liberté dans tout le parc ! La fin de la journée se passe dans un parc de jeu où les enfants se font des copains, et vers 16 heures des installations de manèges gratuits ouverts à tous se mettent en marche. Les enfants sont un peu grands mais ils s’éclatent quand même : c’est sympa ce qu’ils ont prévu pour l’anniv de Lilou !! Pour finir, nous faisons même un petit tour sur une patinoire mise en place ici pour les fêtes : en zone tropicale c’est pas commun, surtout sous un chapiteau qui vente les économies d’eau et d’énergie !

Nous repartons enfin à vélo : depuis La Paz nous n’avons pas trop poussé sur les pédales et ça nous démange ! Direction Palenque. Une petite route nous permet d’éviter le gros du trafique au début, mais après 35 km on n’y coupe plus et cela devient très désagréable… Heureusement un gros accotement nous met en relative sécurité, mais le bruit nous prend la tête et nous empêche de profiter paisiblement du changement de décors. Côté paysage on se retrouve en milieu tropical : prairie verdoyante et végétation familière (la même qu’en Asie du sud est) avec quelques arbres colossaux, mais le tout très bien clôturé : les bivouaques sont durs à trouver et pas formidables.

Lorsque nous quittons enfin la grosse route pour nous diriger vers le site archéologique nous retrouvons enfin une circulation acceptable. La jungle fait également son apparition. Nous trouvons une place de camping très spartiate mais bon marche à quelque km des ruines.

Palenque :

Nous partons tôt pour éviter la foule, 3,5 km de vélo et après une belle cote, nous sommes sur le site. Les enfants attendaient depuis longtemps cette visite de pyramides Mayas ! Le site est grand et de nombreuses pyramides sont accessibles. Il reste des bas reliefs de stuc bien préservés, beaucoup représentent des scènes d’accession au trône ou d’inhumation de notables se réincarnant. Les enfants jouent au guide dans les quelques couloirs ouverts au public. En fin de matinée nous arrivons vers une place où une trentaine de personnes sont en train de revêtir des vêtements de cérémonie Maya. En posant quelques questions (c’est facile l’espagnol!) nous apprenons qu’ils perpétuent une tradition de danse et de musique pour fêter le 1er de l’an du calendrier Maya « la naissance du petit soleil) (21 décembre solstice d’hiver). Certain revêtent des tenues faites de peaux de jaguars (des vraies!), d’autre des coiffes de plumes et autres vêtements colorés. Beaucoup enfilent aux chevilles des chapelets de graines qui bruissent comme des maracas lors de leurs déplacements. Certains on des guitares traditionnelles dont la caisse de résonance est réalisée en partie avec le carapace d’un tatou. L’un d’eux nous explique que les 9 « nervures » principales de la carapace représentent les 9 étages de l’inframonde ( monde souterrain) et les 13 cases de la guitare représentent les 13 étages du ciel.

Nous assistons à des danses au rythme d’un tambour, un ancien récite des paroles en langue indienne et un brûleur à encens est agité au long de la cérémonie.

Avant de partir, nous aurons la surprise de pouvoir admirer un gros iguane en train de prendre un bain de soleil sur les pierres chaudes d’une construction.

Au retour une halte au musée nous permet de voir quelques vestiges, parures, et diverses pièces retrouvés sur le site mais surtout que la le reconstruction du colossale tombeau de Pacal, gourverneur de Palenque entre 615 et 683 ap JC.

Nous décidons de prendre un bus pour Merida depuis Palenque, nous n’avons pas envie de reprendre une route super circulante, et puis noël approche et nous préférons nous trouver un coin sympa pour fêter ça plutôt qu’un bord de route…

Bon c’était peut être pas notre meilleure idée… Mais nous avons quand même passé un bon noël dans cette grosse ville coloniale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *