Eveil Nomade

Derniers jours en Bolivie…On a bien failli rester !

Uyuni et Potosi : une loooogue pause !

Nous restons un moment dans la super casa de ciclista Piguini d’Uyuni le temps de récupérer et de dessaler les vélos. Usés par les chemins sableux et toujours confrontés au choix imposé par les délais, nous prenons le parti d’aller à Potosi en bus.

Là, le programme c’est de profiter de la ville et de la cuisine super équipée qu’offre l’hostal Casa Blanca. Nous faisons la visite des mines (voir l’article des enfants) et également le musée de la monnaie, une visite très intéressante au cours de laquelle le guide nous donne de nombreuses explications sur la fabrication des première pièces de monnaie en argent du monde. Cette monnaie a été imaginée pour normaliser les quantités de métaux précieux utilisés lors des échanges commerciaux et qui étaient jusque là réalisés avec de l’or ou de l’argent en poudre ou en pépite.

L’outillage est bien présenté ; les fours chauffés avec tout ce qui était récupérable : bois, buissons, excréments de lama, entraînant une désertification quasi totale de toute la zone. Le métal moulé était ensuite passé dans des laminoirs successifs : ces machines de bois ont été réalisées en Espagne suivant les plans de Léonard de Vinci, et importées ici. Elles étaient mues par des mûles qui, malgré un roulement toutes les 4 heures, n’avaient une espérance de vie que de 7 semaines…! Le métal laminé était ensuite découpé et emprunté à la valeur voulue.

Gaëlle reste scotchée au lit une grosse journée suite a un œuf mal digéré… Puis une journée piétons et vélos- sans voitures -scrupuleusement respectée décale encore notre retour à Uyuni …

Enfin de retour à Uyuni, nous retournons la casa de ciclista avec plaisir, surtout que nous y retrouvons la famille « roulezdoudous » que nous avions rencontrée en Équateur ! Enfin d’autres enfants, Tiago et Lilou sont ravis. Dans la journée la casa se remplit copieusement, au soir il y a trois groupes de deux, un groupe de cinq, deux familles de quatre et un colombien : 20 cyclos au total dont 17 français !

Nous devions repartir pour enchaîner en bus jusqu’à San Pedro de Atacama mais un blocus complet des routes et de la ville pour deux jours nous contraint à rester… Nous faisons contre mauvaise fortune bon cœur et organisons tous ensemble une mémorable soirée crêpes ! Le reste du temps est consacré à un tas de réparations laissées en retard depuis trop de temps : changement de la fermeture éclair de la tente pour la seconde fois et de nombreux clips de sacoches qui n’ont pas supporté le froid.

Nous avions nos billets de bus, mais la grève joue les prolongations : nous nous faisons rembourser et attendons pour une durée indéterminée… Nous profitons de ce temps supplémentaire pour aller au cimetière des trains : un dépôt de vieilles locomotives à vapeur plus ou moins dépouillées, mais qui offre un beau terrain de jeux aux enfants. Nous trouvons à nous ravitailler chez des vendeurs de légumes plus ou moins cachés où l’on nous fait rentrer tour à tour.

Nous commençons à trouver le temps long et envisageons de repartir à vélo, mais de la pluie est annoncée et nous ne savons pas trop quelle route prendre… Lorsque l’annonce que les bus passeront nous parvient (à 20h un dimanche soir…!), on file prendre les tickets, la gréve risque de reprendre dans les jours qui viennent… Le départ est pour le lendemain 5h30… On plie tout et laissons à la casa tous nos légumes : les cyclos qui ont testé nous ont prévenus qu’ils ne passeraient pas la douane chilienne. Nous saluons nos compagnons cyclistes en espèrant les recroiser.

Une réflexion au sujet de “Derniers jours en Bolivie…On a bien failli rester !

  1. CLAPISSON

    Coucou la petite famille, toujours sur les routes et toujours aussi courageux. J’espère que vous allez bien. Continuez bien gros bisous la famille CLAPISSON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *